Séminaires


Retour à la liste de tous les séminaires


Groupe de travail Maths pour la Bio

Le : 07/11/2016 10h00
Par : J. Clotault + F. Proïa (UA)
Lieu : I103
Lien web :
Résumé : Ce premier groupe de travail se déroulera en 4 étapes :

1) Tout d'abord, nous présenterons les travaux effectués dans le cadre de l'étude de la floraison des rosiers. Nous détaillerons comment, pas le biais d'un modèle statistique de mélange gaussien, nous caractérisons les courbes de floraison afin de mettre en évidence les différentes poussées ainsi que leur intensité, et par la suite de détecter les éventuelles corrélations entre ces estimations et d'autres indicateurs phénotypiques. (F. Proïa, 30 min)

2) Dans un second temps, nous aborderons quelques perspectives liées à l'étude de la floraison du rosier. L'analyse de la cinétique de floraison ouvre de nouvelles voies d'ordre biologique : mise en évidence de sélection des caractères de floraison par les horticulteurs du 19e siècle, compréhension de la variation interannuelle de la cinétique de floraison, prise en compte des facteurs environnementaux, relations génétique/phénotype. Quelques résultats préliminaires et perspectives seront présentés. (J. Clotault, 20 min)

3) Ensuite, nous évoquerons le projet PedRo. Il s'agit d'un projet interdisciplinaire qui réunit biologistes de l'IRHS, mathématiciens du LAREMA, historiens et épistémologues du CERHIO et du Centre François Viète autour de la notion d'hérédité. L'objectif est de reconstruire des pedigrees (relations de parenté) pour environ 2500 variétés de rosiers obtenues depuis le 18e siècle, à partir de marqueurs moléculaires. Chez cette espèce à niveau de ploïdie variable et à hérédité complexe, cet objectif pose un challenge méthodologique, tant du point de vue du traitement du signal brut (chromatogrammes) que de la reconstruction des relations de parenté. (J. Clotault, 20 min)

4) Enfin, nous présenterons les contours du premier volet du projet PedRo en cours de réalisation. Nous verrons sur quelques exemples les problématiques posées par la détection d'allèles dans les chromatogrammes et nous proposerons une première estimation statistique reposant sur un modèle semi-paramétrique. (F. Proïa, 15 min)